lundi 17 juillet 2017

Qui es-tu sur Instagram ?

« Ah ça, le téléphone ça fonctionne. », phrase favorite de mon grand père de 80 ans et des poussières.
            Cette remarque m’a totalement exaspéré lorsque j’étais plus jeune. Elle me sortait par les trous de nez. Mon petit monde très égoïste de teenager la percevait comme une attaque injustifiée : « il est trop vieux, il ne peut pas comprendre. ».
Attention, cheminement rapide dans mon esprit retranscrit en direct : ok donc si aujourd’hui, je suis en train d’écrire cet article censé poser ce problème et bien… c’est que je pense comme une vieille ?
Sûrement.
            J’avance en âge, je gagne en maturité et je me remets en question. Sur le papier c’est bien joli mais voyons un peu ce que nous pouvons trouver sur le sujet ! 
J'étais plutôt partie pour parler de cette hyper-connexion que nous subissons tous. Puis finalement, en commençant à noter mes idées, j'ai eu envie de me servir de mon expérience Instagram pour toucher de manière plus anecdotique ce sujet ! 

1) Comment j’ai débarqué sur Instagram ?

            Longtemps, j’ai cherché quel était mon moyen d’expression artistique. J’ai fait du théâtre, j’ai commencé à réfléchir à des mises en scène puis tout c’est brusquement arrêté. La passion m’a quitté. Le dessin était trop compliqué pour moi. La création de vêtement une aberration pour mes doigts inexpérimentés. J’étais perdue, lorsque la photographie a fait son apparition dans ma vie (pour l’art de faire rimer, c’est loupé aussi). 
            A travers mon objectif, j’ai appris à capturer des instants de vie et des fragments de paysages. Je me surprenais à toujours essayer de tendre vers l’esthétique la plus naturelle. Pour une fille qui n’était pas patiente, c’était pratiquement un miracle ! Alors quoi de plus logique que de me tourner vers l’application Instagram comme outil de partage.

2) Quelle évolution dans mon utilisation ?

            La logique n’est pas ma principale qualité, alors mes  premières publications ont été réalisées par mon Iphone : qualité optimale. Puis j’ai eu envie de partager mes clichés photographiques. Les paysages, notamment irlandais, ont peuplé mon profil. L’idée était que mes proches puissent suivre mes aventures étrangères. J’ai donc écrit des légendes pour apporter une valeur ajoutée. Finalement, mon compte a attiré des personnes qui m’étaient inconnues. Alors, je me suis prise au jeu en souhaitant offrir un contenu plus complet et varié ! Ma course aux followers était ouverte !

3) A quel moment ça a dérapé ?

            J’avais envie que mon compte Instagram me ressemble, qu’il soit une sorte de journal de bord visuel. C’est tout naturellement qu’en début d’année 2017, j’ai commencé à poster des publications sportives, littéraires et d’outfitoftheday. J’aurais adoré que toutes obtiennent le même nombre de petits cœurs mais étonnement, plus je montrais ma tête sur la photo plus cette dernière était attractive. Il ne s’agit pas d’une question de beauté mais tout simplement que lorsque la personne qui publie est apparente, le cerveau du follower l’assimile mieux aux attentes qu’il projette sur le compte en lui-même. Une connexion se crée dans son esprit, entre le compte qu’il souhaite suivre et le résultat. Ainsi, il encourage cette personne à continuer en lui offrant un like. Moi la première, quand je suis un compte sur la course à pied, je mets de côté toutes les autres photos qui, par exemple, illustrent un repas.
Tout ceci n’est que pure analyse personnelle de ma part et je n’ai pas vocation à imposer cette idée ! Je cherche simplement à comprendre.
            Là où j’ai été bête, c’est que j’ai écouté cette demande et j’ai décidé de « spécialiser » mon compte Instagram en le centrant sur deux domaines : la course à pied et la mode. Ce qui fonctionnait le mieux. Ainsi, les personnes qui me suivaient étaient certaines d’obtenir satisfaction par l’ensemble de mes photos. J’avais la garantie de les garder. Mais moi dans tout ça ? Est-ce que j’y trouvais mon compte ? Est-ce que je véhiculais une image exacte de moi ? Pas tout à fait. Sans mentir, je mettais en avant des traits de ma personnalité qui n’étaient en réalité que secondaires.




3) Et aujourd’hui ?

            Je m’appelle Charlotte, j’aime courir sauf quand j’ai trop chaud. Les livres sont ma véritable passion. Mes collègues, après m’avoir vu pendant 2 semaines, se demandent si un jour ou l’autre je porterais deux fois la même tenue. J’adore bouger, voyager, essayer tous les sports et manger des glaces. Toutes ces occupations vont, je l’espère, me tenir un peu plus à l’écart d’Instagram. Je souhaite continuer à partager mes photos, mes envies et découvertes tout en restant fidèle à l’ensemble des traits qui me caractérisent. Je préfère être moins suivie mais avoir plus de retours par des personnes qui sont réellement intéressées. Instagram ne doit plus être une course mais un plaisir ! 

            Mon utilisation va donc être différente, aussi bien en tant que spectatrice qu’actrice sur Instagram. Je souhaite tourner mes abonnements vers des instagrameurs qui habitent près de chez moi tout en fuyant les gros comptes de bloggeurs. 
Partager mes temps en course à pied me permet d'obtenir un soutien et un retour. Je ne souffre plus toute seule, nous sommes plusieurs ! Ma motivation a été décuplée au moment des courants de la Liberté quand plusieurs d'entre vous m'ont adressé des mots d'encouragements ! Il n'est plus question de publier dans le but de créer de l'envie, de donner l'impression que ma vie est singulière. Non, je partage ce qui me semble intéressant et ce que j'ai envie tout simplement. 

Je terminerai par une autre phrase de mon grand père : "il faut vivre avec son temps.".









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire